Disputes entre enfants … Solutions & Conseils

Les incontournables disputes frères et sœurs

Si ce n’est pas l’un, c’est l’autre ! Ils se titillent et se disputent pour un rien ! Le bol rouge, la place sur le canapé, la douche en premier ! C’est épuisant. Vos enfants se cherchent et partent au quart de tour. Parfois, ils en viennent aux mains. Et vous ne savez plus comment réagir… Les conseils de notre spécialiste. 

 

Qui cela perturbe ?

Vos enfants :
Les disputes, ce n’est pas reposant ! Et puis, si l’un d’eux est toujours « le vaincu », ou si ses frères et sœurs font bloc contre lui, il risque de devenir malheureux.

Vous. :
Vous détestez les conflits. Vous rêviez d’une famille idéale, un peu comme celle de La Petite Maison dans la prairie… On en est loin !

Voici les solutions au cas par cas.

I. Ils vous envoient un message

Pour vous l’objet de la dispute est une broutille. Mais à travers ce bol rouge ou cette place sur le canapé, vos enfants expriment un malaise, souvent lié à un sentiment d’injustice.

• La solution : 

1) Laissez-leur le droit de se disputer ! Seule une bonne bagarre verbale permet de ne pas se plier au rôle que l’autre veut vous donner ! Ainsi les enfants s’expriment et en se réconciliant après, ils renforcent leurs liens.

2) A bannir tout mot vif, vous risqueriez de figer vos enfants dans un rapport faussement harmonieux. Les disputes font partie de la vie de famille. En y prêtant attention, vous comprendrez mieux les attentes, les difficultés de vos enfants, et même vos propres conflits entre adultes.

3) Veillez à ce qu’ils expérimentent tour à tour le rôle de perdant ou de gagnant. Pour calmer le jeu, mettez en avant tous leurs moments complices, tout aussi nombreux !

4) Ce qu’il faut leur dire. « Tu es furieux contre Dov, mais tu te rappelles hier comme vous amusiez bien ensemble dans le parc ? »

 

II. Ils sont jaloux

Pour votre aîné, l’arrivée du petit deuxième a été un véritable séisme. Quant à votre cadet, il sera donc toujours derrière ce frère ou cette sœur qui lui met des bâtons dans les roues ?

• La solution :

1) Aidez le plus jeune à prendre son tour de parole, à trouver sa place… Montrez au grand qu’il a plus d’aptitudes. Rappelez-lui qu’il a aussi été bébé, au centre de toute votre attention.

2) Plutôt que de les comparer, d’opposer par exemple le foufou au raisonnable, mettez en avant les avantages qu’il y a à être différents !

3) Ce qu’il faut leur dire. « Grâce à ton frère qui aime bien cuisiner, on a toujours de bons desserts… Mais heureusement que tu es là pour nous faire courir dans les parcs après ! »

 

III. Ils en viennent aux poings !

Les mots ne suffisent plus. Le coup de pied est parti tout seul !

• La solution :

1) Ne dramatisez pas. Les enfants privilégient le langage corporel.

2) Ne l’acceptez pas pour autant : les coups et les insultes ne sont pas tolérables ! Si vous les ignorez, vos enfants pourraient être confortés dans un rôle, oppresseur ou victime.

3) Faites-leur raconter à tour de rôle leur version des faits. Ecoutez-les sans juger. Si l’un d’eux est trop sous le choc pour parler, proposez-lui de dessiner sa version.

4) Ce qu’il faut leur dire. « Alors, tu as lancé un coup de pied à Raphael. Tu étais très fâché ? »

 

Paroles de maman … et conseil.

« Avec mes garçons de 4 et 9 ans, c’est la galère ! Le petit a un très fort caractère et le grand est jaloux de l’attention qu’il réclame. Nous faisons de grands efforts pour leur parler calmement !
Ce qui marche bien, c’est d’organiser une fois par semaine des sorties séparées, chacun de nous prend l’un des enfants pour un moment privilégié. Ils sont ravis ! Nous essayons aussi d’accepter qu’ils se disputent… et ça enlève déjà du stress ! » Deborah, maman de Mikael, 4 ans, et Gabriel, 9 ans.

.L’équipe Matsliah

No Comments Yet.

Leave a comment